convention obseques courtier en ligne


CONVENTION
OBSEQUES

convention obseques

Financez efficacement vos propres funérailles pour soulager vos proches

LES FORMALITES
APRES UN DECES

formalites deces

Guide pour faire face à toutes les formalités obligatoires après un décès

CONVENTION FRAIS
OBSEQUES

convention frais obseques

Faîtes économiser votre famille sur les frais obsèques avec une assurance

SERVICE DE
POMPES FUNEBRES

pompes funèbres

Bénéficiez des meilleurs services funéraires de Pompes Funèbres de France

ACTUALITÉS

Comment organiser et planifier un enterrement ?

Malheureusement, la vie nous réserve parfois de nombreuses surprises et parmi elles, le décès d’un proche ou d’un membre de la famille. Bien que difficile, ce sont des étapes à passer et des funérailles doivent être organisées rapidement. Aujourd’hui, cet article vous délivre toutes les informations à connaître pour organiser, planifier ou simplement participer à un enterrement.

Qu’est-ce que l’enterrement ? Définition et présentation

Le synonyme du mot enterrement, mot courant, est inhumation. L’enterrement est un rite funéraire utilisé dans la majorité des cas de décès. Répandu à travers toutes les cultures et dans tous les pays, c’est la forme d’enterrement la plus courante. Cette technique vise à enterrer le corps d’un défunt dans le sol ou dans un caveau aménagé dans le sol.
L’enterrement se pratique généralement en présence de la famille du défunt et de son entourage (amis, collègues de travail, relations, etc). Elle est précédée d’une cérémonie et de rites religieux qui peuvent avoir lieu aussi bien dans le cimetière que dans un lieu public ou privé.

En France, enterrement, funérailles et inhumation sont généralement confondus. L’enterrement est devenu un terme générique pour parler de funérailles même si celles-ci ont lieu par crémation. L’inhumation correspond au procédé d’enfouissement d’un corps sous terre.

Le corps est donc le plus souvent disposé dans un cercueil descendu au sein d’une fosse creusée dans un cimetière. Une fois le cercueil enfoui, la fosse est recouverte et aménagée pour constituer la tombe du défunt. Certaines tombes peuvent rester anonymes selon la volonté du maire ou de la famille.

Enterrer un corps permet de protéger les cadavres de certains oiseaux et carnivores. Cela évite aussi de propager des maladies. Avant d’être enterré, un corps peut aussi être embaumé.

L’enterrement selon la religion

Selon sa religion ou l’absence de croyance, le défunt a des volontés qui ont un impact important sur l’enterrement et l’organisation de la cérémonie. Découvrons les spécificités liées à chaque rite.

Les enterrements catholiques

Tout le monde peut avoir recours à un enterrement selon la religion catholique, même si le défunt n’était pas pratiquant. La cérémonie religieuse est alors administrée par un prêtre (le plus souvent celui de la commune de résidence) en collaboration avec la famille du défunt. La cérémonie est organisée et définie lors d’un rendez-vous en présence du prêtre. Celle-ci peut se dérouler dans l’église comme au cimetière. Cependant, un prêtre se déplacera rarement jusqu’au cimetière, la cérémonie est alors régis par une personne laïque.

Le prêtre peut réciter une prière durant la mise en bière du défunt qui repose sur le dos et les mains jointes sur sa poitrine. Si la cérémonie se déroule à l’église, les membres de la famille allument des cierges en mémoire du défunt. La mise en terre peut elle être personnalisée à la volonté du défunt ou de sa famille. Il est de coutume que la procession porte un habit noir en signe de deuil.

Les enterrements musulmans

Dans la religion musulmane, la crémation (méthode de funérailles visant à brûler le corps du défunt pour ne récupérer que les cendres) est interdite. L’inhumation est donc un mode d’obsèques très plébiscité. L’enterrement est précédée d’une toilette rituelle du corps, qui doit être disposé sur le coté, en direction de la Mecque. Ce rituel est très précis et est effectué par 4 personnes du même sexe que le défunt.

Si l’inhumation a lieu en France, le corps est ensuite placé dans un cercueil, toujours sur le côté droit. Les cercueils choisis sont souvent en bois tendre avec un capiton aux couleurs de l’Islam et avec l’emblème du croissant. La tradition est différente dans les pays musulmans où le cercueil est interdit et où le corps est directement enfoui sous terre.

Au cimetière, l’imam récite une prière spécifique durant laquelle les proches peuvent se recueillir. Les pierres tombales et autres monuments ostentatoires sont interdits tout comme les photos du défunt.

Les enterrements juifs

Dans la religion juive, la mort constitue un rapprochement de Dieu avant d’atteindre l’éternité. C’est donc une cérémonie plus sereine où l’on célèbre la mort plus qu’on ne la regrette. La simplicité et la sobriété sont alors les mots d’ordres. Les fleurs sont, par exemple, peu présentes et on leur préfère les bougies.

A nouveau, la crémation et le don d’organe sont interdits pour les juifs. Le corps ne subit pas non plus de soins pour veiller à son conservation ou en vue d’une exhumation éventuelle. En réalité, à aucun moment, nous ne devons toucher le corps. La prière est la seule action possible.

La toilette est effectuée par des membres de la sainte confrérie. Une veillée rituelle peut avoir lieu. Le corps est généralement placé dans un cercueil avec de la terre d’Israël. La cérémonie au cimetière est tenue par le Rabbin.

Les enterrements bouddhistes

Aucun rite spécifique n’existe dans la religion bouddhiste. La cérémonie peut être librement organisée selon les coutumes locales. Cela reste cependant une religion où la crémation est majoritairement pratiquée. Les soins de conservation sont autorisés mais un temps doit s’écouler avant de pouvoir toucher le corps.

Dans le cas d’une inhumation, le corps est placé dans un cercueil dans la position du lion couché. Un moine est également présent pour prier et organiser la cérémonie. La sépulture est souvent mise en place pour impressionner et montrer la richesse.

Les enterrements civils

Dans le cas où le défunt ne pratiquait aucune religion, une cérémonie civile peut être organisée. Son déroulement se rapproche de la cérémonie catholique. La seule différence tient dans l’absence de prière et de bénédiction.

Les prières peuvent alors être remplacées par la lecture de textes ou les témoignages de proches du défunt. Cette cérémonie est organisée soit par le défunt lui-même dans son testament soit par ses proches selon ses volontés.
La cérémonie peut avoir lieu au cimetière comme dans un lieu privée. Elle implique souvent la présence d’un maitre de cérémonie des Pompes Funèbres.

Les autres religions

L’inhumation est le seul mode de funérailles autorisé dans la religion orthodoxe. L’inhumation doit alors avoir lieu exactement 3 jours après le décès. Des hommages sont ensuite rendus au défunt au 9ème, au 40ème jour après son décès et lors de chacun de ses anniversaires de décès.

Dans la religion protestante, l’inhumation a lieu avant la cérémonie religieuse qui s’adresse seulement aux personnes restées en vie.

La religion hindouiste interdit l’inhumation et lui préfère la crémation.

Où enterrer le corps d’un défunt ?

La personne en charge d’organiser les funérailles peut librement choisir le lieu de l’enterrement et de l’inhumation bien que celle-ci est toujours lieu au sein d’un cimetière. Le maire de la commune peut cependant refuser l’inhumation d’un défunt si celui-ci n’habitait pas la commune, s’il n’y est pas mort ou si le caveau familial n’est pas dans cette commune.

Au sein d’un cimetière, le corps peut reposer dans un caveau familial, dans un cercueil individuel ou au sein d’une fosse commune.

Quel jour choisir pour la date d’enterrement ?

On se pose souvent la question de savoir quand organiser l’enterrement pour répondre au mieux aux besoins et disponibilités de tout le monde. Combien de temps après le décès faut-il organiser les funérailles ? Un enterrement est souvent organisé dans les jours qui suivent le décès ou du moins dans la semaine immédiatement après la mort. La recommandation courante est qu’il ait lieu dans les 3 à 6 jours après le décès. Cela dépend évidemment de la disponibilité des Pompes Funèbres et d’un officier religieux, le cas échéant.

Dans la religion juive, certains jours sont interdits et aucun enterrement ne peut avoir lieu à ces dates : tous les jours de Chabbat (c’est-à-dire les samedis, à partir du vendredi soir) ou les jours de fêtes juives.

Quel prix payer pour un enterrement ?

Une question récurrente est : qui doit payer pour l’enterrement ? Il est souvent à la charge de la famille du défunt. Mais celui-ci peut être facilement pris en charge si le défunt avait souscrit une assurance obsèques auprès d’une assurance ou directement d’un organisme de Pompes Funèbres. Souscrire une assurance enterrement permet de faire payer le moins cher possible à ses proches au moment de son propre décès. C’est la solution des personnes prévoyantes. Ainsi, l’enterrement ne coûte pas cher à son conjoint ou à ses enfants, puisque c’est l’assureur qui finance l’enterrement.

Le décès d’un proche est souvent une période où l’on est vulnérable mais ce n’est pas une raison pour se faire avoir par des prestations bien trop chères. Le coût de l’enterrement peut aller de 1 000 à 6 500 € hors caveau.
Ne vous précipitez pas lors du choix de l’organisation de l’enterrement : choisissez avec précaution tous les éléments des obsèques : coût du cercueil, honoraires, coût du corbillard, etc… Il est recommandé de mettre en concurrence plusieurs sociétés de Pompes Funèbres pour vous assurer d’avoir des prix raisonnables.

Certaines prestations sont facultatives et peuvent vous aider à faire diminuer la facture : les soins au défunt, la présence de fleurs, le faire-part, la plaque souvenir, etc…

Une solution pour ne pas payer les frais d’obsèques est d’avoir recours à une assurance obsèques de son vivant qui vise à disposer d’un capital dédié à l’organisation de l’enterrement via le paiement de cotisations mensuelles. Celui-ci peut également être « en prestations », c’est-à-dire que la cérémonie est déjà organisée par les Pompes Funèbres et tous les détails sont alors déjà anticipés et réglés.