convention obseques courtier en ligne


CONVENTION
OBSEQUES

convention obseques

Financez efficacement vos propres funérailles pour soulager vos proches

LES FORMALITES
APRES UN DECES

formalites deces

Guide pour faire face à toutes les formalités obligatoires après un décès

CONVENTION FRAIS
OBSEQUES

convention frais obseques

Faîtes économiser votre famille sur les frais obsèques avec une assurance

SERVICE DE
POMPES FUNEBRES

pompes funèbres

Bénéficiez des meilleurs services funéraires de Pompes Funèbres de France

ACTUALITÉS

Tout savoir sur le processus de crémation

Lors du décès d’un proche ou d’un membre de la famille, vous devez penser à organiser ses obsèques, si celui-ci n’a pas établi ses volontés concernant ses funérailles. Les choix ne sont pas très nombreux : vous pouvez inhumer le cercueil ou réaliser une crémation.

La crémation est un mode d’obsèques de plus en plus adopté en France : de 33% des funérailles en 2013, ce chiffre ne cesse d’augmenter au fil des années. Vous n’avez que 6 jours après le décès pour organiser les funérailles et vous ne devez donc pas perdre de temps à vous poser la question de savoir quelle mode d’obsèques choisir entre inhumation et crémation.

Cet article vous aide à comprendre ce qu’est la crémation, comment elle se déroule et à combien elle peut vous revenir.

Qu’est-ce que la crémation humaine ?

La crémation consiste à bruler le corps d’une personne décédée ainsi que son cercueil. Le corps se retrouve ainsi réduit en cendres (résidus provenant de la partie calcaire des os). La crémation peut parfois aussi être appelée incinération ou crématisation, ces deux termes étant moins utilisés ou moins adaptés. La crémation est réalisée dans un crématorium. Les températures lors d’une crémation peuvent atteindre jusqu’à 850 degrés Celsius.

Toute personne a accès et droit à la crémation, lors de ses funérailles. Elle est souvent choisie pour des raisons économiques (elle est moins coûteuse qu’une inhumation en cimetière), écologiques ou philosophiques. Si le défunt a exprimé la volonté de choisir la crémation, la personne en charge des funérailles a l’obligation de respecter sa volonté. Cela peut également venir d’une volonté du défunt de choisir une forme de funérailles simple à organiser et abordables, de façon à ne pas causer plus de préoccupations à ses proches.

Interdite dans certaines religions (dont le judaïsme, l’islamisme ou encore chez les orthodoxes et les protestants), elle est pour autant acceptée dans la religion catholique et hindouiste. L’article 11 de la loi du 19 Décembre 2008 (qui vient en modification de l’article 16-1-1 du Code civil) stipule que les cendres sont considérées légalement comme un « corps » et doivent ainsi être traitées avec le même respect. Les cendres et l’urne disposent donc des mêmes droits qu’un corps qui serait inhumé dans un cercueil.

Comment se déroule la crémation ?

La crémation est prise en charge par un organisme de Pompes Funèbres, qui peut aussi prendre en charge le transport du corps, l’accueil de la famille, un accompagnement, etc…

La crémation se déroule entre 24h et 144h après le décès (soit de 1 à 6 jours). Si le défunt avait exprimé la volonté de procéder à un don d’organes, celui-ci aura lieu durant ce délai, avant la crémation. La crémation doit être autorisée par le maire de la commune où elle aura lieu. Pour cela, un rapide dossier doit être constitué, comprenant :

    • Un formulaire de demande de crémation par écrit du défunt, si c’est le cas ou à défaut du proche en charge de l’organisation des obsèques,
      Un acte de décès
      Un certificat médical attestant que le corps ne pose aucun problème à la crémation.
  • La crémation peut être précédée d’une cérémonie religieuse ou d’un moment de recueillement. Elle a souvent lieu dans le crématorium le plus proche du lieu de décès. Un moment d’adieu est souvent organisé avant la crémation, de façon à ce que tous les membres de l’entourage présents puissent faire leurs au-revoir. Selon vos souhaits et vos désirs, vous pouvez choisir de diffuser une certaine musique, de réaliser un témoignage ou de lire des extraits de textes en mémoire du défunt, sinon des cérémonies religieuses classiques vous seront proposées par le crématorium.

    La crémation, en elle-même, se déroule quand même avec un cercueil qui sera lui aussi brulé. Pour cela, il doit être constitué de bois léger (comme le sapin) ou de carton et d’une épaisseur de 1,8 centimètre. Tous les éléments annexes (poignées, dorures, etc) doivent également être combustibles. Un cachet en terre sera également disposé dans le crématorium : il sert à identifier le défunt une fois la crémation réalisée.

    La crémation en elle-même dure environ 1h30 durant laquelle les proches sont invités à se recueillir et à discuter dans un salon, de façon à ne pas assister à la crémation bien qu’ils puissent assister à la mise en place du cercueil dans le four à travers un écran ou une vitre.

    Après la fin de la crémation, les cendres sont recueillies dans un cendrier qui sera scellé puis placé dans une urne. Cette urne comporte une étiquette notifiant du nom du défunt, de ses dates de naissance et de décès ainsi que du lieu de crémation.

    Que faire des cendres après la crémation ?

    Une fois la crémation du corps réalisée, plusieurs options se présentent à vous concernant les cendres restantes. Vous pouvez choisir de les placer dans une urne et de les inhumer au sein d’un cimetière ou de les ajouter à une sépulture construite. A la volonté du défunt ou de son représentant, les cendres peuvent être dispersées dans certaines zones. C’est la solution qui demande le moins d’organisation, de préparation et surtout de moyens financiers. Mais cependant, des cendres ne peuvent pas être dispersées n’importe où et une autorisation de la mairie est nécessaire. Les jardins publics, fleuves, rivières et voies de transports sont par exemple interdits.

    Le défunt peut avoir choisi un lieu précis pour la dispersion des cendres ou celui-ci peut dépendre de la personne en charge des obsèques. Les différentes options de dispersion vous seront présentées par l’organisme de Pompes Funèbres.

    Si vous ne savez que choisir, optez pour une inhumation dans les parties communes du jardin du cimetière. Cette opération est gratuite pendant cinq ans. Vous pouvez sinon choisir de déposer l’urne dans une concession existante, au sein d’un caveau familial ou d’un cavurne (caveau spécialement dédié à recevoir une seule urne).

    Autrement, le crématorium peut conserver les cendres et l’urne au sein d’un local dédié pendant une période d’un an maximum. Vous pouvez ainsi avoir plus de temps pour prendre votre décision. Après un an, si vous ne vous manifestez pas, les cendres seront dispersées dans un jardin du souvenir.

    Vous pouvez également choisir d’inhumer l’urne dans une propriété privée mais cette opération nécessite à nouveau une autorisation du maire. Il est pourtant interdit de conserver l’urne dans le temps au domicile d’un particulier, sauf si celle-ci est enterrée.

    Une crémation, à quel prix et quel coût ?

    Une crémation est très souvent moins chère à organiser qu’une inhumation. Selon les régions, vous pouvez coûter entre 300 et 500 €. Mais à cela, vous devez ajouter le prix du cercueil qui peut aller jusqu’à 1 000 € et l’organisation des obsèques en elle-même (c’est la partie des tarifs de la crémation la plus difficile à estimer puisqu’elle est sur-mesure). Cette prestation revient souvent de 30% à 40% moins cher qu’une inhumation, avec des tarifs compris en moyenne entre 1 000€ et 2 000€.

    Pour certaines personnes dont les revenus sont faibles, la crémation est prise en charge gratuitement par la mairie sur autorisation du maire. Vous pouvez demander à votre organisme de Pompes Funèbres de vous réaliser un devis pour l’ensemble des prestations choisies, y compris la crémation.

    Des solutions existent pour l’urne, une fois la crémation réalisée. En effet, avoir recours à une inhumation dans un jardin commun est gratuit durant 5 ans, vous permettant de choisir une solution différente au bout de ces 5 années. Les pompes funèbres conservent également l’urne gratuitement durant un an.

    N’hésitez pas à comparer les différents tarifs pour organiser une crémation

    Que vous soyez en train de réfléchir et d’anticiper vos propres funérailles ou que vous soyez directement confronté au décès d’un proche, vous devez tout de même penser au prix d’une crémation et ainsi vous poser la question du tarif. Pour cela, n’hésitez pas à mettre plusieurs organismes de Pompes Funèbres en concurrence : s’il est recommandé de faire appel aux Pompes Funèbres de la commune où a eu lieu le décès, ceci n’est pas obligatoire et vous pouvez donc choisir de demander des devis à différentes sociétés.

    Bien qu’organiser des funérailles soit toujours un moment difficile à passer, ce n’est pas le moment pour vous de vous faire avoir en payant une prestation bien plus cher que cela ne le mérite.

    Si vous n’êtes pas fixé sur le mode d’obsèques, vous pouvez également demander des devis pour une inhumation et ainsi comparer les deux types de funérailles avant de faire votre choix. Même si les périodes de temps sont courtes (vous avez seulement 6 jours pour réaliser la cérémonie d’obsèques après le décès), cela vous laisse le temps de comparer et de faire un choix avisé.

    Si vous souhaitez organiser en avance votre propre crémation, dans ce cas il est conseillé de se tourner vers une convention obsèques spéciale crémation. Il s’agit d’une assurance qui se chargera de financer et organiser la crémation au moment de votre décès. Si vous souhaitez obtenir un devis sur une telle assurance, n’hésitez pas à comparer les offres en utilisant notre comparateur en ligne.